Mai ’68 et « Leuven Vlaams »

Mai ’68 : symbole des années turbulentes entre ’65 et ’70. Mais quatre mois avant ce fameux mois de mai l’Alma Mater de Leuven était déjà transformée en champ de bataille. Les pavés de l’Avenue des Alliés étaient devenus des projectiles, des extincteurs étaient vidés dans les auditoires, des étudiants étaient arrêtés.

Les slogans de la révolte évoluaient de “Walen buiten! Leuven Vlaams” (Les Wallons dehors, Louvain pour les Flamands) à “Bourgeois dehors! Fascistes Bruxellois dehors! Sortez, les vautours pourpres” et “Universités pluralistes maintenant! Universités démocratiques dès à présent!”. La révolte des étudiants a provoqué la chute du gouvernement et la scission de l’université de Louvain.

Le long de cette promenade, en passant par les endroits où tout s’est déroulé, nous allons reconstruire la question louvanaise, qui a fondamentalement secoué et changé l’Etat belge, l’église et la société entière.

L’ Abbaye du Parc à Heverlee

L’Abbaye du Parc est une des abbayes les mieux conservées de la Belgique. Cinq portes différentes, un étang de pêche, un moulin à eau, une ferme, un jardin, le complexe monastique, une église et un cimetière constituent ensemble cette abbaye unique. C’est un plaisir de se promener et de retrouver le silence et la paix dans cet endroit vert. Ici se situe aussi le musée Parcum, “Le” musée actuel de l’art et de la culture religieuse en Flandre. Après la visite vous pouvez déguster une glace ou une crêpe dans la brasserie “De Abdijmolen” avec vue sur l’étang.

L’ Abbaye de Vlierbeek

L’ancienne abbaye de Vlierbeek se situe dans la partie verte de Kessel-Lo et est devenue, depuis l’abolition des monastères, le centre de la paroisse de Notre Dame de Vlierbeek. Cette abbaye murée est un endroit de repos pour le cycliste ou le promeneur de passage. En plus la taverne “In de rozenkrans” vous invite à déguster une bonne bière, un repas chaud ou un petit snack..

Achitecture Art Nouveau à Louvain?

On ne s’attend pas tout de suite à retrouver de l’architecture style Art Nouveau dans la petite ville de province que Louvain était vers 1900. Alors que des architectes comme Horta et Hankar recevaient des ordres de certains industriels libéraux à Bruxelles, Joris Helleputte jetait les bases du néogothique à Louvain. Et pourtant l’Art Nouveau a pénétré dans la ville de Louvain. Vous allez reconnaître le style dans des encadrements de fenêtres et de portes ou dans des petits détails. Quelquefois on découvre une façade entièrement élaborée en style Art Nouveau. Cette promenade vous fera mieux comprendre l’importance du style pour Louvain et portera votre attention sur maints détails Art Nouveau.

Visite de la Bibliothèque Universitaire Centrale (y compris la montée à la tour)

Sans aucun doute ceci est le bâtiment le plus américain de la ville mais en même temps c’est un monument qui commémore la première guerre mondiale. Nous vous racontons l’histoire remarquable de ce monument et nous rendons visite à la magnifique salle de lecture. Nous escaladons les cinq étages de la tour, en passant par une exposition de photos qui illustrent l’histoire mouvementée du bâtiment. Vous verrez les cloches du carillon et finalement vous serez récompensés par une vue magnifique sur la ville.

La Dyle, bénédiction ou malédiction pour la ville?

Leuven doit son origine et sa prospérité économique au Moyen Âge à la Dyle : les bateaux s’amarraient dans le port près du Vismarkt, les meuniers utilisaient l’eau de la rivière comme force motrice et les brasseurs en faisaient de la bière. Mais la Dyle a également causé des désagréments : des caves régulièrement inondées et parfois de graves crues qui inondaient des quartiers entiers de la ville. Au fil des siècles, la ville a toujours essayé de contrôler les méandres rapides de la rivière. La vision de la meilleure façon d’y parvenir a également évolué : les grands travaux d’infrastructure ont fait place à une approche écologique qui rétablit les fonds de vallée humides en amont de Leuven comme zone d’inondation naturelle.

La première enceinte

Au milieu du 12ème siècle la ville était entourée par une muraille de presque trois kilomètres, interrompue par onze portes en pierre. Un siècle plus tard le terrain entouré débordait de constructions et par conséquent on a construit une deuxième muraille plus vaste vers 1360. L’ancienne enceinte avait perdu sa fonction et tombait en ruines.. Néanmoins nous retrouvons entre les bâtiments du centre plusieurs vestiges de cette première défense. Leuven est probablement la ville flamande qui a gardé le plus de vestiges de ses murs les plus anciens.

Pendant cette promenade, nos guides vous parleront de la signification militaire, de la valeur archéologique et de l’importance historique des murs de la ville. Bien sûr, la tour de St. Donatus, récemment restaurée, attire toute l’attention, mais vous visiterez également de nombreux endroits moins connus.

Louvain vu par les yeux Dieric Bouts

Dieric Bouts était, tout comme Jan Van Eyck et Roger De la Pasture, un des plus importants Primitifs Flamands. A Leuven vous pouvez encore toujours admirer les triptyques de «La Cène» et de «La torture de saint Erasme» dans les chapelles auxquelles ces oeuvres étaient destinées.

Bouts était le peintre officiel de la ville au moment où la ville passait par une transformation gigantesque : l’université venait d’être fondée, le nouvel hôtel de ville se construisait, et l’église Saint Pierre n’était toujours pas terminée. Comment se sentait un jeune homme de Haarlem vivant dans cette ville? Où vivait-il et travaillait-il, qui étaient ses clients, où trouvait-il son inspiration, à quoi ressemblait son atelier ? Marchez avec nous dans les rues où Bouts lui-même a marché et voyez Leuven à travers les yeux de son plus célèbre peintre.

La durabilité comme ligne directrice pour un nouveau style de vie.

De nombreuses personnes choisissent consciemment un mode de vie durable. Au cours de cette promenade, nous explorerons comment les principes de durabilité sont mis en pratique dans un certain nombre de magasins spécialisés de Leuven. Nous cherchons notre voie parmi les nombreux labels (de durabilité). Ensuite, nous examinerons un certain nombre de produits écologiques que nous utilisons tous les jours, comme la nourriture, les vêtements, les produits de soins, les produits de nettoyage, les ustensiles, etc.

Laissez-vous surprendre par cette promenade de découverte dans le centre commercial animé de Leuven.

Remarque : nous vous conseillons de ne pas réserver cette promenade le dimanche (car de nombreux magasins sont alors fermés) ou le samedi après-midi (en raison de la ruée vers les magasins).

Les philosophes de Louvain

Le fait que l' »Utopie » de Thomas More ait été imprimée à Leuven ne devrait pas surprendre. Aux 15e et 16e siècles, Leuven était un pôle d’attraction international pour les scientifiques et les artistes. L’université a toujours été un foyer d’idées, un lieu de rencontre pour les esprits chercheurs tels qu’Erasme, Mercator, Vesalius, Vivès, Justus Lipsius,…

Au cours des siècles suivants, des chercheurs et des philosophes ont également apporté de nouvelles idées à Leuven : le rationalisme, l’illumination , le néo-thomisme, ce qui a conduit à la création de l’Institut Supérieur de Philosophie.

Au cours de cette promenade, nous racontons l’histoire de la philosophie à Leuven dans les lieux où des savants et des moins savants ont vécu et travaillé.

Le Grand Béguinage

Le Grand Béguinage date du 13ème siècle. 360 béguines y vivaient au moment de son apogée au 17ème siècle.

Aujourd’hui se situent autour de l’église une suite de ruelles, petites places, jardins et parcs, avec des dizaines de maisons et couvents en grés traditionnel A présent y vivent des étudiants, des professeurs invités et des collaborateurs de la plus ancienne université catholique d’Europe, dans ce qui ressemble encore le plus à une ancienne petite ville dans le centre-ville de Leuven.

Si vous voulez apprendre comment y vivaient les béguines et ce que le complexe est devenu après leur disparition, suivez cette promenade

Balade Gourmande

Une promenade à travers la ville, lardée d’histoires savoureuses à propos de «manger et boire ». Nous passerons des fêtes médiévales aux menus pauvres en calories, des repas sobres dans les collèges à la haute cuisine actuelle, des caves de bière et de vin de l’ancienne université aux « fakbars » actuels. Nous parlerons de tout cela et de bien plus. Et bien sûr vous allez déguster les délices de Louvain.

Cette promenade ne peut pas être réservée le lundi!

Architecture contemporaine : Centre de la ville, autour de la gare à Kessel-Lo, environs du Canal et Sluispark

Visitez les quartiers renouvelés dans le centre, autour de la gare ou le long du canal. Des architectes renommés ont accepté le défi pour garder la ville historique vivable au 21ème siècle tout en ajoutant des interventions contemporaines. La maison de la province, la gare des bus, les appartements « Balk van Beel » et le musée M ne sont que quelques exemples d’architecture couronnée.

Helleputte et le néogothique

Joris Helleputte était politicien et architecte. Il cherchait une réponse aux défis de la société belge à la fin du 19ème siècle et a trouvé l’inspiration dans le Moyen Âge, le temps du style gothique. Sur le plan politique il était un des fondateurs de la polarisation par son choix pour le corporatisme, comme architecte il était à l’origine du néogothique. Cette promenade prête attention aux deux aspects de Helleputte. Nous vous expliquerons ses idées, et l’impact et l’importance durable de cette remarquable personnalité. Nous vous montrerons aussi quelques-unes de ses réalisations.

Le Petit Béguinage et l’ Abbaye Sint-Geertrui

La tour de l’église Sint-Geertrui (Saint-Gertrude) est une des sept merveilles de Louvain. A l’intérieur de l’église se trouvent de magnifiques stalles en style renaissance. A l’ombre de l’église se situe le Petit Béguinage. Et vous verrez de l’autre côté de l’église les bâtiments qui jadis faisaient partie de l’abbaye la plus riche et la plus puissante de la ville. En prime vous pouvez encore admirer l’extraordinaire Aile Thiéry, un exploit architectural des plus remarquables. Bref, voilà de quoi faire une promenade fascinante et variée.

Leuven en un coup d’oeil

Voici la promenade idéale pour faire la connaissance de notre ville. Vous découvrirez des monuments et attractions réputés: la Grand- Place avec l’Hôtel de ville et l’Eglise Saint-Pierre, la Halle aux Draps, les collèges universitaires et les cafés du Vieux Marché. En outre nous vous emmenons dans de petites rues et ruelles, des parcs et des jardins et nous vous racontons des histoires et des anecdotes sur les personnages célèbres et les personnes moins connues qui ont laissé leur empreinte sur notre ville. Après la visite, vous comprendrez pourquoi Louvain peut toujours s’appeler à juste titre « la meilleure ville du Brabant ».

L’ Hôtel de Ville

L’hôtel de ville est l’icône de notre ville. C’est toujours l’endroit où tous les habitants de Louvain se marient et où se réunit le conseil communal. En plus, c’est un chef-d’oeuvre du style gothique. Nous vous faisons d’abord découvrir les statues de la façade où des personnages historiques posent au-dessus de scènes bibliques. Après nous visitons l’intérieur avec ses salons richement décorés et sa grande salle gothique. Chaque coin de ce bâtiment respire l’histoire et nous sommes heureux de vous le faire connaître lors de cette visite guidée.

L’ Hôtel de Ville et l’ église Saint-Pierre

Après la visite de l’hôtel de ville, nous vous invitons à un tour dans l’Église Saint-Pierre, l’église principale de la ville qui illustre à merveille l’architecture gothique tardive. Ses tours auraient dû être les plus hautes de l’Europe, mais elles n’ont jamais été achevées. A l’intérieur de l’église vous découvrirez des statues reliquaires, des ostensoirs, des calices et des tableaux de dévotion. Descendre dans la crypte, murmurer une prière près du « Sedes Sapientiae » (Trône de sagesse), l’emblème de l’université, admirer les magnifiques tombeaux style roman et la chaire du 18ième siècle, tout cela sera possible. Et surtout, à pas manquer sont « La Cène » et « Le Martyre de Saint Érasme », ces deux chefs d’œuvres de Dieric Bouts, peintes spécialement pour l’Église Saint-Pierre et que vous pourrez toujours y admirer.

Sur les traces d’Erasme

« A Leuven, tout me plaît, sauf que l’on y vit mal et qu’il faut payer cher, et qu’en plus je n’ai aucun revenu. » (Desiderius Erasmus, 1502). Notre guide vous fera voir, entendre, sentir et ressentir le prince de l’humanisme des Pays-Bas, Érasme, lors de cette visite des lieux de Leuven qui ont été importants pour lui.

Vous rencontrerez ses amis (dont un pape) et ses ennemis (dont les « Domini canes »). Vous apprendrez à connaître toutes les pierres du Collegium Trilingue et le lieu où les livres de Luther ont été brûlés à Leuven. Mais ce que vous retiendrez surtout, ce sont les citations du premier auteur de best-sellers de l’histoire.

En bref, ce sera une promenade que vous n’oublierez pas facilement. Et si vous voulez répandre votre enthousiasme à propos de cette promenade via Twitter, rappelez-vous que s’il était vivant aujourd’hui, personne ne tweeterait plus… qu’Érasme.

Promenade dans le Jardin Botanique

Le jardin botanique louvaniste, avec une superficie de plus de deux hectares, a environ trois cents ans. Ce qui fut d’abord une collection de plantes aux propriétés médicinales, faisant partie d’une sorte de Campus de Médicine avant la lettre, est maintenant un jardin invitant à la balade, un lieu de repos trop peu connu au cœur de la ville. Le jardin botanique de Leuven, construit à partir de 1738, est le plus ancien de notre pays. L’orangerie, partie intégrante classique d’un tel jardin, et ses serres en verre et en fer ont été conçues par le même architecte que celui des palais royaux de Bruxelles et du Lion de Waterloo : Charles Vander Straeten.

Depuis 1835, le jardin appartient à la ville de Leuven. Peu à peu, de nombreux jardins botaniques scientifiques se sont développés en sites de plantes rares et ornementales, tropicales ou non. Ils se sont aussi transformés en jardins expérimentaux avec des plantes qui étaient rentables (ou pourraient le devenir) sur le plan économique.

Au milieu de la ville bouillonnante d’un Leuven du 21ème siècle, le Jardin Botanique est un endroit délicieusement verdoyant, exceptionnellement beau où culture et nature vont main dans la main.

Leuven, « Authenthip »

Leuven est une ville moderne, débordante de vie où l’authenticité a toujours un sens. En témoignent les différentes boutiques raffinées, les petits magasins d’artisan, les galeries, les restaurants et les cafés, tous présents en abondance dans le centre-ville.

Au cours de cette promenade, vous flânerez le long des rues et des places en découvrant des adresses uniques que vous, en tant que visiteur, n’auriez pu repérer vous-même.

Le guide vous racontera l’histoire commerciale mouvementée de ces endroits et quartiers, afin que vous puissiez profiter encore plus de l’ambiance chaleureuse qui y règne toujours. Découvrez la ville vibrante de Leuven avec style et goutez-y.

Leuven, capitale de la bière : brasseries disparues entre le canal et le Marché aux Poissons
Leuven, capitale de la bière: du plus vieux café au « plus long comptoir ».

Participez à une visite découverte le long de cafés anciens/de tavernes anciennes et de brasseries (disparues). Buvait-on vraiment autant de bière ici ? Où sont passées ces 40 brasseries d’antan ? ? Est-il vrai que les maîtres-brasseurs utilisaient des écailles de poisson et des pieds de cochon et la bière, était-elle réellement brassée avec de l’eau provenant de la Dyle? Tout cela et bien plus encore vous sera révélé au cours d’une promenade captivante qui vous fera découvrir l’importance historique et économique de la bière et de son brassage pour la ville de Leuven.

Si l’histoire des brasseries vous intéresse particulièrement, venez avec nous découvrir les origines d’InBev et de Stella Artois.

Si vous voulez savoir pourquoi Érasme et d’autres visiteurs étrangers ont été surpris par notre consommation d’alcool, suivez-nous à travers les rues et sur les places entre le Grote Markt et le Vismarkt.

Les deux promenades existent en version « sèche » et en version « arosée », avec dégustations

Leuven nature(llement)

À première vue, une ville semble avant tout se composer de bâtiments, de rues et d’habitants. Et pourtant, la verdure dans la ville est importante. Elle crée des espaces (de jeu), de l’oxygène et de la tranquillité. Des espaces verts à proximité améliorent la santé, sont bénéfiques pour le climat et facilitent les contacts sociaux. Nous suivons le sentier vert le long de la Dyle jusqu’au Keizersberg : depuis son ouverture en 2010, un des endroits les plus surprenants à l’intérieur du ring avec des vues inattendues, des richesses naturelles et des vestiges historiques.

Les filles à l’Université

Pendant des siècles, les universités n’ont été ouvertes qu’aux hommes. Ce n’est que dans la première moitié du XIXe siècle que cela a changé. La Belgique a suivi cette tendance en 1880 quand elle a autorisé les premières étudiantes universitaires à commencer à Bruxelles. Pour que les femmes puissent s’inscrire à l’université de Louvain, il faudra attendre l’année 1920.

Au cours de la promenade, vous aurez une idée des disciplines traditionnellement choisies par ces jeunes filles étudiantes. Vous en apprendrez plus sur leur vie d’étudiante, sur l’évolution de leur logement, et vous saurez si tous les clubs d’étudiants leur étaient automatiquement accessibles.

Des temps incertains : Leuven sous le régime français

L’histoire de cette visite est celle de la vie d’un Louvaniste dans l’époque française. Nous nous intéressons à la façon dont les Louvanistes ont vécu ces années : le soldat, le vendeur de marché, le prêtre, les pères et les religieuses, les employés de l’université, les pauvres… Le journal de Jan-Baptist Hous, un facteur de l’époque qui vivait à Leuvenn, occupe une place centrale et fournit un témoignage unique sur la vie quotidienne à Leuven à l’époque de la Révolution française et de Napoléon.

Suivez la « kotmadam »

Justus Lipsius était marié à l’une d’entre elles, elle était parfois la victime de blagues d’étudiants, elle figure dans de nombreuses chansons de codex et elle a obtenu une belle statue sur le Vieux Marché : la kotmadam. Vous ne pouvez pas imaginer Leuven comme une ville étudiante sans “kotmadammen », et pourtant vous ne les croiserez pas tous les jours. Mais lors de cette promenade, vous serez en compagnie d’une véritable kotmadam, qui a beaucoup à faire avec ses élèves, mais dont elle ne pourrait pas non plus se passer. Vous vous promenez avec elle le long des chambres d’étudiants, des pédagogies et des résidences et apprenez la différence entre un kotmadam et une marraine et le secret d’un « mariage louvaniste ». Attention : un peu de compréhension du patois Louvaniste est recommandée.

En route avec un professeur

Au cours de cette promenade, vous marchez dans le sillage d’un professeur qui vous apprend à connaître l’université de l’intérieur : il décrit ses cours, fait des commérages sur ses collègues et se plaint des étudiants. Les professeurs qui vous accompagnent ne sont pas les premiers à le faire : le célèbre humaniste Erycius Puteanus, le fameux médeci Henri Rega ou la première femme professeur Marguerite Lefèvre peuvent faire une apparition. Ils racontent chacun une histoire personnelle basée sur leur propre vie, mais ils garantissent tous une chose : ils vont redonner vie aux vieux bâtiments universitaires.

En compagnie d’une béguine : Le Grand Béguinage

Une béguine de Leuven vous emmène en promenade à travers le Grand Béguinage de Leuven et vous racontera sa vie quotidienne au 17ième siècle. A cette époque, les Béguines suivaient-elles toujours leurs idéaux originaux d’austérité, d’humilité et de chasteté ou prenaient-elles leurs vœux à la légère, jouissaient-elles de nourriture fastueuse et buvaient- et dansaient-elles à leur guise ? Faisaient-elles preuve d’une vie spirituelle en s’habillant sobrement, respectaient-elles toujours les règles de chasteté et d’obéissance à la Grande-Dame et au pasteur ? Cette béguine vous fera un récit à la fois relativisant et espiègle de sa vie au béguinage tout en évoquant les témoignages de ses consœurs béguines devant « la commission de visitation ».

A la recherche de la ville idéale : rénovation urbaine au cours des siècles

À quoi ressemble la ville idéale ? Comment combiner logement, travail, commerce, services, loisirs et circulation ? ? Et quelle image voulez-vous que les visiteurs se fassent de votre ville ? Si ces questions préoccupent tous les conseils municipaux d’aujourd’hui, elles ont déjà été posées et reposées maintes fois et ont eu, au cours des siècles, des réponses différentes. Au cours de cette promenade fort interactive, nous vous prouverons que le Grote Markt de Leuven est le résultat d’un urbanisme médiéval et que d’autres rues et places ont pris, à une époque ultérieure, leur forme actuelle, qui chaque fois résultait d’une vision bien spécifique de la ville « idéale ». Vous apprendrez à porter un autre regard sur ce qui vous entoure et à vous poser à vous-même la question : « Comment l’auriez-vous fait ? ».

Les femmes fortes de la ville

Leuven, un bastion pour hommes? Ne vous y méprenez pas, les femmes ont toujours joué un rôle important dans notre ville. Notre point de départ est l’hôtel de ville où 16 des 236 statues sont des femmes : des saintes, des dames de sang noble et une seule femme de la bourgeoisie. Les corbeaux (ces pierres servant de socle pour les statues) vous racontent l’histoire d’Ève, la toute première femme, comme celle de la chaste Suzanne et du jugement de Salomon. A côté de l’Universiteitshal (la halle de l’université), nous aborderons le niveau d’équilibre entre hommes et femmes à la KU Leuven. A la Hogeschoolplein nous évoquerons les femmes de mœurs légères et le collège Marie-Thérèse nous permettra de nous pencher sur le féminisme avant la lettre incarnée par cette impératrice. Dans la Naamsestraat, nous nous arrêterons à la statuette de Renée. La Bériotstraat sera l’occasion de vous parler de la romance du violoniste Louvaniste De Bériot avec « La Malibran ». L’Atrechtcollege (Le Collège d’Arras) a été le premier institut universitaire à recevoir, selon Mgr Van Wayenbergh, le plus grand danger de cette époque : « la femme ». Dans la Schapenstraat, il sera question des Sœurs noires et de Jeanne Cardijn. A la Damiaanplein, nous nous attarderons sur les réalisations de Cicercule Paridaens. Enfin, sur l’Oude Markt, nous ferons connaissance de la femme d’affaires Johanna Maria Artois tout en signalant le fait que les femmes mariées ne peuvent ouvrir un compte courant sans l’autorisation de leur mari que depuis l’année 1976.

Promenade universitaire : d’ Érasme au « Big Bang »

Chaque année, près de 50 000 étudiants étudient à la plus ancienne université des Pays-Bas. Comment vivent-ils et comment vivaient-ils ? Leuven est synonyme de plus de 500 ans de recherche innovatrice. On ne vous parlera non seulement de l’histoire de l’université, mais aussi de son importance en tant que centre international et contemporain de pratique scientifique.

Des rencontres surprenantes avec les Arenbergs

On ne peut guère surestimer l’influence des Arenberg. Heverlee aurait été très différente s’ils n’avaient pas résidé ici. La famille de haute noblesse a eu son impact dans de nombreux domaines. Le poumon vert au sud de Louvain fait, bien entendu, partie de leur héritage, mais n’en est pas le seul témoignage. Les Arenberg ont joué un rôle important dans la région sur le plan scientifique, diplomatique, culturel, artistique et social, et les traces sont toujours bien présentes. Connus de tous sont le château d’Arenberg, sans doute l’Institut d’Arenberg (aujourd’hui Stuk) et la place L.E. van Arenberg à Heverlee. Et savez-vous que ces seigneurs et dames de haut rang peuvent être associés aux églises, aux écoles et aux monastères ? Mais il y a plus encore… Au cours de cette promenade dans le domaine du château, laissez-vous surprendre par des histoires inattendues sur les Arenberg et sur leur rôle prépondérant, malgré leur présence parfois inaperçue et silencieuse…

Bienfaiteurs idéalistes : le mécénat à la KULeuven

Êtes-vous également un bienfaiteur de notre université ? Découvrez à quel point vous êtes en bonne compagnie lors d’une visite de la ville, avec un accent particulier sur les nobles bienfaiteurs. Noblesse oblige!

Tout au long de sa riche histoire, l’université a connu de nombreux bienfaiteurs qui ont contribué à façonner l’institution telle que nous la connaissons aujourd’hui. L’activité intense de tous ces bienfaiteurs a laissé de nombreuses traces dans la ville. Au cours de cette promenade, nous découvrirons certaines de leurs réalisations et leur importance pour l’université et la ville.